Best of 2006: Top 15 albums

La voilà enfin la liste que tous et toutes attendaient ! Si vous n’êtes pas parmi ceux-là, eh bien détruisez sauvagement et de manière rock’n’roll cet e-mail avec moults crachats, doigts et en bousculant votre voisin de l’épaule.

Pourquoi cette liste et cet exercice un peu vain de classement à partir d’une année calendaire qui ne veut finalement pas dire grand-chose et qui n’est qu’une larme dans un océan de listes de journaux ou sites web spécialisés ? Sans doute pour pouvoir enfin répondre à la question d’amis ou connaissances mille fois entendue : ” alors, t’écoutes quoi en ce moment” et ne plus faire cette tête de poisson de basses eaux surpris de ne pouvoir sortir une réponse immédiate et sans compromis, sans doute pour aimer passer encore un peu plus de temps devant son PC, sans doute pour le plaisir d’ordonner une fois de temps en temps ses propres chocs musicaux et enfin surtout dans l’espoir de dire au grand Nick Hornby au moment de le croiser :”moi aussi, j’en suis…”

Alors oui, c’est très rock et on trouve peu voire pas d’albums soul, jazz, français, blues ou world dans cette liste. Sans doute par parti pris et tempérament mais n’est-ce pas le signe que même en ces temps éclectiques le rock est finalement ce qu’il y a de plus excitant ? Allez, trêve de parlottes, on attaque :

Album de l’année 2006

return-to-cookie-mountain 

TV On the Radio : Return to Cookie Mountain

Parce que TV On the Radio, c’est une musique qui vient de nulle part, très blanche faite par des Noirs, parce que sur scène il y a eu des performances exceptionnelles, parce que chaque écoute révèle de nouvelles subtilités, parce ce que c’est à  la fois soul et rock new-yorkais, parce qu’il y a des boules à zéro et des coupes afros, parce que David Bowie (toujours le nez creux celui-là) chante sur un morceau, que c’est génial quoi et au-dessus du lot (les années où Radiohead ne sort pas d’albums) : LP of the year !

Les 14 autres (par ordre alphabétique) :

Archie Bronson Outfit : Derdang Derdang

On ne se sait pas très bien si c’est sorti cette année ou en 2005 mais à vrai dire on s’en fout tellement c’est bon. Des Américains barbus (tendance de fonds d’ailleurs avec pas mal des groupes US indie) qui jouent un rock jouissif avec de bien belles basses comme on aimerait en entendre plus souvent.

Arctic Monkeys : Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not

Album de l’année chez NME et les Inrocks, très hype, records de vente en Grande-Bretagne pour un premier album, en gros tout pour être dubitatif et cynique… Eh bien non, nos p’tits gars font une musique qui rappelle The Jam ou l’énergie primitive des Dexys, avec des paroles très “Ken Loach/fish and chips” et surtout une grande présence scénique et beaucoup d’humilité. A suivre sur la durée of course.

Cansei de Ser Sexy : CSS

Quel bonheur de sortir de l’ornière US-GB avec ce groupe brésilien de São Paulo composé de 4 filles et un barbu. CSS, ça veut dire en portugais “marre d’être sexy”, phrase qu’aurait lancé un beau jour la tanche Beyoncé. C’est du rock de furieuses sous influence british très 80’s avec un groove latin (assez caché certes). L’OSNI (Objet Sonore Non Identifié) de l’année.

Eels : With Strings – Live at Town Hall

Juste pour rappeler que E (leader des Eels) est une des meilleures plumes du rock dans tous les styles. A acheter en CD ou DVD pour avoir ou voir tous les merveilleux titres de ce concert live enregistré lors de la tournée acoustique du bonhomme. On recommande particulièrement le solo de percussions de valise…

Hot Chip : The Warning

La mélancolie des meilleurs New Oder vous manque, c’est à dire ce mélange de synthés évocateurs et de puissance rock sous-jacente ? Le premier album de ce groupe anglais est pour vous. L’autre grande révélation british de l’année.

Mazarin : We’re already there

Une arrivée surprise dans notre monde, une naissance qui nous avait été cachée, sauf que ce groupe dont on ne sait rien est lui bourré de talent. Pour ceux qui aiment les Beach Boys de Brian Wilson, les petites sonorités bizarres et le rock indie anglo-saxon. 

Midlake : The Trials of Van Occupanther

Encore des barbus américains qui jouent un truc étonnant, mélange de Fleetwood Mac et de Radiohead. Comme dirait la pub, un excellent compromis où Monsieur et Madame s’y retrouveront. Et une pochette pour les enfants…

Mudhoney : Under a Billion Suns

Sans doute la surprise dans cette liste… Oui, les mêmes Mudhoney qu’on avait un peu perdus de vue, oui les légendes du grunge (mot un peu réducteur) contemporains du Nirvana des débuts qui signent un super album de mecs qui ne veulent pas sonner djeuns’ mais font évoluer leur musique vers plus de recherche avec même pas mal de …cuivres ! A acheter en vinyle pour la belle pochette et la belle initiative d’un lien pour télécharger l’album gratos pour son mp3.

Phoenix : It’s never been like that

Pas d’histoire de quota pour expliquer la présence dans cette liste de nos Versaillais bien de chez nous mais simplement le fait que peu de groupe mélangent aussi bien mélodies et énergie. L’impression étrange de retrouver des amis de longue date à chaque fois qu’on se replonge dans les albums de Phoenix. Buy it for the French economy!

The Raconteurs : Broken Boy Soldiers

Le groupe de Jack White des White Stripes monté avec son pote l’excellent Brendan Brenson et la section rythmique des Greenhornes que l’on attendait comme un aimable passe-temps a dépassé toutes nos espérances de disque et de scène. Ce Jack White est décidément quelqu’un qui marquera l’histoire du rock. L’album que ferait Led Zeppelin s’ils étaient de cette époque. Album de l’année pour le magazine musical Mojo (lisez Mojo!).

Red Hot Chili Peppers : Stadium Arcadium

On n’est pas vraiment objectif avec ce groupe car oui, on les adore et on va les voir dès qu’ils jouent quelque part. Bizarre les critiques relatives à cet album et ces 28 (!) morceaux ; certains y voient des concurrents des Beatles, d’autres de… pas grand-chose. Une section rythmique au top, un Anthony Kieldis en constant progrès au chant et surtout un John Frusciante qui réinvente ce qu’on peut faire avec une guitare au fil des ans. En résumé, pas vraiment de choses pertinentes à dire sur cet album, sauf qu’il y a des morceaux géniaux qui rendent euphoriques.

Sonic Youth : Rather Ripped

Une ambiance plus apaisée et mélodieuse chez nos New Yorkais chéris chez lesquels le temps ne semble pas avoir d’effet : Kim Gordon a plus de cinquante ans mais une énergie et des jambes de jeune fille alors que Thurston Moore ressemble toujours à ce grand frère cool qu’on rêverait tous d’avoir. A avoir comme chaque nouveau LP du groupe ; la meilleure cure contre le vieillissement…

The Strokes : First Impressions of Earth

On a l’impression que cet album est depuis toujours avec nous mais ne pas oublier qu’il est sorti l’hiver dernier. Certes des nouveautés avec des solos de guitare mais toujours cet esprit du Velvet chez nos amis new-yorkais et surtout un Julian Casablanca qui chante de mieux en mieux ; best of both worlds comme dirait l’autre. A signaler qu’Albert Hammond Jr. (un des deux guitaristes) a sorti un sympathique album en fin d’année.

Thom Yorke : The Eraser

Last but not least dans cette liste alphabétique le premier album solo du chanteur de Radiohead. Comme on pouvait l’attendre, c’est une musique de facture plutôt électronique mais les mélodies sont du niveau des meilleurs morceaux de Radiohead et chacun des membres est venu donner un coup de mains. Un superbe cadeau en attendant le nouvel album du groupe prévu pour 2007.

Tout près de cette liste (pêle mêle) :

The Long Blondes, The Rapture, The Thermals, Tapes’n’Tapes, Beck, The Lemonheads, Sean Lennon, Badly Drawn Boy, Sparklehorse, The Guillemots, Bob Dylan, Muse, Cat Power, Broken Social Scene, Mogwai, Two Gallants, Johnny Cash, I Love You But I’ve Chosen Darkness, Bruce Springsteen, Donald Fagen , Pascal Sevran, The Flaming Lips, Secret Machines, The Dears, Peter Bjorn and John, Pearl Jam, ESG, Yeah Yeah Yeahs, Bonnie Prince Billy, My Morning Jacket…

Meilleur DVD

Gorillaz : Demon Days Live

Une magnifique prestation scénique du génial leader de Blur Damon Albarn où apparaissent en guest stars tous les invités de l’album (Neneh Cherry, Ike Turner, Shaun Ryder, etc…). En attendant son nouveau projet 2007 avec Paul Simonon des Clash !!!

Meilleur Single

Gnarls Barkley : Crazy

Vous ne connaissez sans doute pas ce morceau si vous venez de passer 12 mois en retraite spirituelle au Tibet ou bien si pour vous les initiales U2 n’ont pas de signification particulière. Derrière ce projet se trouve DJ Danger Mouse qu’on retrouve aujourd’hui partout où il y a des choses musicales intéressantes qui se passent, dont notamment Gorillaz.

Meilleur Coffret

Tom Waits : Orphans

Le grand Tom nous livre un objet hybride fait de vieux et de nouveau morceaux répartis sur trois CD. Comme toute l’oeuvre du grand homme devant lequel nous devrions tous nous prosterner 10 minutes par jour, c’est assez intemporel et sera meilleur demain qu’aujourd’hui.

Meilleur Disque de Reprises

Grant Lee Phillips : Nineteeneighties

Le “cover LP” est un exercice assez casse gueule et souvent il faut bien le dire sans grand intérêt. Quand c’est l’ancien leader du groupe très US Grant Lee Buffalo qui s’y colle pour faire des reprises de groupes anglais des années 80 (The Cure, The Smiths, Echo and The Bunnymen,The Psychedelic Furs,…), c’est IN-DIS-PEN-SA-BLE !

Man of the Year : Sufjan Stevens

Il n’a pas sorti de véritable album cet année mais quand même deux compilations : une de chutes de studio de son album précédent, une autre de chants de Noël (!). Il a fait des concerts brillants et plein d’originalité et le bonhomme a un talent et une créativité peu communs. Ceux qui aimaient l’esprit de Prefab Sprout aimeront l’ami Sufjan.

Voilà. C’est au choix sans intérêt ou pathétique ou super subjectif mais si cela peut permettre à quelqu’un d’aller acheter un vinyle, un CD, d’aller télécharger ou d’aller voir un concert, eh bien ce n’aura pas été entièrement vain.

Have a nice year 2007 !