End of the Road Festival 2016 – 4th of September – Day Four

Bill Ryder-Jones - blurred

Final day of the 2016 edition and fourth post on this blog. Still so-so weather on Sunday but a fantastic line-up (again)!

Bill Ryder-Jones - End of the Road 2016

No better way to start a day than attending a good gig on the Garden Stage. Bill Ryder-Jones used to be a founding member of the excellent Liverpudlian band The Coral but left after a couple of records as he wanted to do his own music and was not really made for tour and band life. Despite his health issues, he has kept on doing beautiful orchestral music and his 2015 “West Kirby County Primary” LP was one of the best records of last year (which I discovered a bit too late to put in my best-of list). The show was in line with what he is, i.e. a good-looking young but not really well-dressed man, not at ease on stage but at the same time very communicative. He and his musicians well excellent though and that was a very good gig for a start.

Same stage 45 minutes later with Kevin Morby, the only artist who was already there last year, as part of the Heavenly label day. He told the audience that he would play here again and again so much he likes this festival. Kevin Morby is a key person right now in the musical scene as he can be found in many projects. His progression has been impressive though from one year to another as it went from a really nice to a great gig. Same thing as for the previous artist ; his 2016 LP “Singing Saw” is great and one of the best of the year so far.

Broken Social Scene - End of the Road 2016

The Canadian collective Broken Social Scene were on the main stage today. Although they played with their regular enthusiasm and energy, I am always a bit sceptical about bands who have many players or members on stage, unless your name is Prince… Not unpleasant but a bit annoying sometimes when one does not enter into their world.

Thurston Moore - End of the Road 2016

Talking about annoying…Seeing Thurston Moore and his band (including Deg Googe from My Bloody Valentine on bass or the great Steve Shelley from Sonic Youth on drums) should have been dreamy stuff for a Sonic Youth fan…but that was not the case. Difficult to explain why as the music was very good but maybe I am so used to his usual tricks (distortion, 1-minute 1-note solo, etc…) that I lost a bit the flame. I felt like watching a sub-par Sonic Youth influenced band but maybe I was too harsh.. or influenced by the book “Girl in a Band” wrote by Kim Gordon.

Chris Cohen - End of the Road 2016

I then went for the last time under the Tipi Tent to see Chris Cohen and his band. Quite a miracle by the way as the guys missed a ferry-boat from who knows where and arrived five minutes before the show. It did not prevent them to play one of the most refreshing gigs of the festival, mixing a detached American style with a beautiful sense of melodies.

Green Gartside - End of the Road 2016

I had to choose between Sunflower Bean, a great new band (a mix of Cocteau Twins and Nirvana to make it quick) and the legendary Scritti Politti lead by Green Gartside. I chose the latter, having in mind I may be able to see the former in a few months or years. Not that bad a choice as despite a funny look (hello the Loveboat), Green showed that he was still going forward, mixing his love of pop, reggae and hip-hop. He told us a few funny stories as well about the genesis of a few songs (apparently Kraftwerk and reggae do not mix that well…) and played a refreshing show. …and for once I was not one of the oldest people in the audience!

Joanna Newsom - End of the Road 2016

Joanna Newsom was probably considered as THE headliner of the festival, which reflects quite well what the festival is about as having a young woman in a beautiful dress playing the harp on stage is far from the usual rock clichés… That was a strength and a weakness for me. I really love her music and am the proud owner of all her records but unless being super snobbish and despite the quality of her music, voice and band, you tend to feel a bit bored and tired at one stage when standing up in a field. But once again, her music is beautiful and she is one of the most original artists of our times.

Teenage Fanclub is one of my favourite band ever, ranked #22 in our Top 100 of the best bands of all times. It had been a few months that I was following their website as there were news of a new record and a tour so I was delighted when I learnt that they would play their only festival of the year at End of the Road. If you want revolutionary music, they may not be the band for you. If you like great melodic and punchy bands, they will be your friends for life. That was only the 3rd time I was attending one of their shows and the last one was already 11-year old at the Point Ephémere in Paris… As usual, the three songwriters Norman Blake, Gerard Love and Raymond McGinley sang alternately but there is such a Teenage Fanclub sound that it does not look as if the songs were created by different writers. That was a delight as usual and the setlist was very well-balanced between old and new songs taken from their new LP. Probably the best way to finish late the festival and I was not the only one to experience such a feeling, surrounded by enthusiastic Scottish fans! Video I took of the opening song “Start Again” below.

Not sure where I will be in a year in terms of personal life but I already got my pass so I guess I will be spending a few days in a field in Dorset early September!

TOP 100 Artists/Bands of all Times : 31 – 35

35. Paul McCartney (Wings/Fireman)

 from : Liverpool, England, UK / first great sounds : 60’s / style : Sir Paul / essential albums : McCartney(1970) , Ram (1971), Band on the Run (1973), Back to the Egg (1979), Driving Rain (2001)

We are of course talking about the post-Beatles career here. Paul’s early 70’s solo records were very criticized when they went out as people were used to the richness of the Beatles sound. However, with time passing forward, you should discover these LP’s as their lo-fi sound is very “now” and as they hide such a creativity in melodies and sounds. The mid and late 70’s Wings period is particularly amazing as well with songs that are really on par with the best Beatles ones sometimes. The great man went back from so-so records in the 80’s/early 90’s to really interesting records recently. Go and see Paul if you want to spend the best karaoke night of your life!

34. The Afghan Whigs

 from : Cincinnati, Ohio, USA/ first great sounds : 80’s / style : grunge’n’soul / essential album : Gentlemen (1993) / click for more on the blog

What a band ! And what an amazing leader and singer they had/have (the band reforms once in a while) with Greg Dulli. Imagine a band mixing the power and abandon of the grunge era with the structure and soul of the Tamla Motown era and you have the beautiful Afghan Whigs. I have been lucky enough to go to the ATP festival last year in the UK and I must say they were the reason for me to do so. I have listen to their masterpiece “Gentlemen” literally hundreds of time and this is a discovery every time. Discover yourself the Afghan Whigs if not done yet.

33. Sonic Youth

 from : New York, NY, USA / first great sounds : 80’s / style : Sonic rock! / essential albums : Sister (1987), Daydream Nation (1988), Goo (1990)

Woah ; what a band ! I am afraid I will keep on being so enthusiastic until we reach Number One in my TOP 100 as every band from now onwards is truly amazing! And Sonic Youth is no exception. Lead by formerly married couple Kim Gordon on bass and Thurston Moore on guitar with the help of the great Lee Ranaldo on guitar and Steve Shelley on drums, Sonic Youth have started as a post-punk band of the NY art scene of the late 70’s and early 80’s. They matured little by little, making amazing records and shows, keeping their punk art sensibility with a talent for real powerful rock sound. Their future seems uncertain now but let’s thank them for these long years of constant pleasure.

32. Gil Scott-Heron

 from : Chicago, Illinois, USA / first great sounds : 70’s / style : protest soul / essential albums : Pieces of a Man (1971), Winter in America (1974), Bridges (1977)

Son of the Scottish soccer player whose nickname was the black arrow, Gil Scott-Heron has been one of the most influential person in music in the 20th century : writer, rap pioneer, creator of beautiful soul songs with his partner in crime Brian Jackson on keyboards, defender of human rights, etc… The second part of his life has been a constant descent to hell with the classic hurricane brought by drugs consumption : addiction, loss of friends, job, family and health. He came back from the dead in 2010 with “I’m New Here” thanks to a young generation of musicians but unfortunately passed away in 2011 as his body had seen too many abuses. I saw him on stage a few months before he died and although I must admit it was not his best show ever, the pride in having seem him in the flesh was very rewarding.

31. Nick Cave (Birthday Party / Nick Cave and the Bad Seeds / Grinderman)

 from : Australia/ first great sounds : 70’s  / style : Cave blues / essential albums : Kicking Against The Pricks (1986), Tender Prey (1988), The Good Son (1990), The Boatman’s Call (1997),  Abattoir Blues/The Lyre of Orpheus (2004), Push The Sky Away (2013)

Our favourite Australian (now more a citizen of the world after having lived in Berlin, São Paulo…and Brighton) is one of this musician whom I have followed since an early age and who have never disappointed me in what form whatsoever. To me, Nick Cave is a real bluesman, meaning his music bears all influences but they are his and does not have time for any compromising bullshit. There are basically two Nick Cave songs : the slow piano one and the (often very long) excited and possessed guitar-one but Oh Lord how I would like to be able to reach one tenth of these two songs! Essential artist.

Best of 2009

No ifs, no buts, facts only. Voici comme chaque année un best of forcément très subjectif des 15 albums à avoir pour épater vos amis.

Album de l’année 2009 :

 

 

Cover (Truelove's Gutter:Richard Hawley) 

Richard Hawley : Truelove’s Gutter

La récompense d’un artiste toujours présent et dont la production est toujours sans reproche. Mais qui est donc ce Richard Hawley : 1) un ancien membre des Long Pigs et de Pulp ? 2) une sorte de parrain musical des Arctic Monkeys, Sheffield oblige ? 3) un artiste très connu au UK ? Eh bien, tout cela à la fois. On aura surtout aimé la volonté de ralentir les choses que l’on retrouve dans cet album et la prise de risque que cela implique de nos jours. Rajoutons à ceci des mélodies à tomber ainsi que l’utilisation d’instruments pas vraiment rock’n’roll (scie, harmonica de verre, etc…). Le croisement idéal entre Chris Isaak et Pulp. Album of the Year!

 

Les 14 autres (par ordre alphabétique) :

Benjamin Biolay : La Superbe


On aimerait écrire trois pages sur Benjamin Biolay, sur ses débuts de musicien classique, sur ses premières productions bien propres pour les autres (Henri Salvador notamment), sur ses premiers albums bien pop et yéyé comme il faut, sur ses premières déchirures, sur ses derniers albums qui commencent à sentir le cassé, le moins propre, sur sa non-voix si bouleversante qui nous rappelle quelqu’un et enfin sur ce merveilleux double album où pas un des 22 morceaux ne montre un signe de faiblesse mais on ne fera que trois lignes. Des arrangements somptueux, de la pop, des morceaux bouleversants et surtout ce sentiment “happy/sad” qui fait les meilleurs albums. C’est une sorte d’album de l’année bis ; buy it!
 
Bill Callahan : Sometimes I Wish We Were An Eagle
 
Bill ne se cache plus désormais sous son ancien nom de “Smog” mais la qualité reste identique voire encore meilleure sur cet album où les mélodies et les arrangements n’ont jamais été aussi entêtants. Dans le style chanteur à spleen, Bill Callahan a toujours su broder des chansons à siffler sous la douche. Ceux qui aimeront cet album pourront rentrer dans un mode rétroactif (mais oui) et se plonger dans l’œuvre de cet artiste auteur d’une quinzaine d’albums.

 

Fever Ray : Fever Ray
 
Le 1er album solo de Karin Dreijer, habituelle moitié du groupe suédois The Knife. On y retrouve les ambiances intrigantes de ces derniers avec un je ne sais quoi de différent. Karin Dreijer a dit avoir composé cet album après son premier accouchement, la nuit notamment, dans ces moments d’éveil/sommeil durant lesquels son inspiration a fait des merveilles. Cette musique est à la fois flippante et pleine de magie ; pour ceux qui voudraient retrouver la fraîcheur des premiers Björk.
 
Grizzly Bear : Veckatimest
 
On retrouve chez Grizzly Bear un phénomène de succès spontané particulièrement rafraichissant pour ce jeune groupe qui n’a pas fait de concession particulière avec cet album. Un groupe US comme on les aime, curieux, éduqué, moderne tout en restant old school sur son ouvrage. Certains auront sans doute d’ailleurs fredonné la ritournelle “Two weeks” après avoir vu une publicité pour ouatures mais il est surtout recommandé d’aller un peu sur internet pour voir les très beaux clips de Grizzly Bear.
The Horrors : Primary Colours
The Horrors est un jeune groupe anglais au look hallucinant : des grandes asperges, avec des fringues serrés, des coiffures gothiques, enfin un rêve de groupe de rock, mélange entre les Cramps ou The Cure 1ère période. On est dans le gothique pur et dur … et on adore ça ! On était passé à côté de leur 1er album et on n’attendait rien de ce groupe. C’était sans compter sur la détermination de ces derniers qui sont allés chercher Geoff Barrow de Portishead pour la production, ce qui donne un son fabuleusement noir et pop à la fois.
Kings Of Convenience : Declaration of Dependence
Nos deux norvégiens préférés n’avaient plus rien sortis ensemble depuis 2004 et on pensait que ce groupe n’existait plus et resterait à vie un de nos trésors cachés favoris. Erreur ! Nos deux compères à guitares acoustiques se sont retrouvés comme au bon vieux temps pour nous pondre un album si berçant et plein de bonheur qu’on se croirait à Bergen do Brasil. A signaler également le projet plus dance d’Erlend

 

 Oye (The Whitest Boy Alive) tout aussi excellent.

 

Cass Mc Combs : Catacombs
L’auteur de ces lignes aime la pop et le rock qui bastonne mais avoue également un faible pour toute cette génération de chanteurs US dont on se sent proche aussi bien pour les références musicales que pour la recherche mélodique ou encore pour les textes accrocheurs. Excellent sunday morning record comme disent les Anglo-saxons.
Phoenix : Wolfgang Amadeus Phoenix
L’année de la consécration pour nos favoris de toujours aussi bien en France (nul n’est prophète…) qu’aux US (passage chez David Letterman). Pourtant, on n’a pas accroché d’entrée, peut-être repoussé par ce nom d’album ridicule. Et puis, petit à petit, les mélodies ont commencé à s’installer, avec leurs vies à elles et il a bien fallu reconnaître que c’est un des meilleurs albums de nos petits Frenchies.
Sonic Youth : The Eternal
Le passage sur le label Matador a fait le plus grand bien à ce groupe de NY toujours aussi pertinent après plus de 25 ans de carr..euh de bruit. Mais ils n’ont jamais été meilleurs que lorsqu’ils font du rock mélodique et punchy comme sur cet album et délaissent un peu leurs tendances avant gardistes. A signaler d’une part l’intégration de l’ancien bassiste de Pavement mais aussi un concert surréaliste au Palais des Congrès avec des hôtesses/placeuses en tailleur bleu avant qu’une 1ère partie vienne déchirer les tympans du public et que Sonic Youth arrive pour mettre le feu sur scène tandis qu’en avant-salle, les écrans annonçaient fièrement le concert à venir de … Serge Lama !
Soulsavers : Broken
 
Soulsavers est le projet de moins en moins électronique de deux anglais aux noms pour le moins amusants (Rich Machin et Ian Glover) mais qui ont su s’entourer de voix magnifiques sur cet album et en particulier de celle de Mark Lanegan qui monopolise ce disque par sa présence. Mark Lanegan est l’ancien chanteur des Screaming Trees, groupe ami de Nirvana, et participe depuis à beaucoup de projets, dont les fabuleux Queens of the Stone Age. Une voix éraillée qui donne des frissons au service d’ambiances à la Ennio Morricone.
Super Furry Animals : Dark Days/Light Years
9ème album pour ce groupe qui ne rassemble pas des animaux poilus mais des Gallois chevelus pour lesquels le mot tabou n’existe pas. Sur cet album, ils nous concoctent des ambiances à la limite du psychédélisme avec toujours cette personnalité qui les rend différent du reste (l’air vivifiant de Cardiff sans doute…).
Them Crooked Vultures : Them Crooked Vultures
… plus connus sous leur nom secret de “Petits Pois” lors du dernier festival Rock en Seine. Un rêve de fan : Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters) à la batterie, Josh Homme (Queens of the Stone Age) à la guitare et au chant et John Paul Jones (Led Zeppelin) à la basse. Parfois ces super groupes peuvent être décevants mais ce n’est pas du tout le cas ici car ça ressemble à une sorte de techno world avec des influences de trip hop et aussi… Allez stop, oui ça sonne exactement comme du Queens of the Stone Age avec le batteur de Nirvana et le bassiste de Led Zeppelin et donc c’est dément !
Wild Beasts : Two Dancers
Encore un groupe anglais dont le 1er album avait un peu laissé froid (du rock indie chanté en falsetto) et dont on n’attendait rien pour la suite. Et voici un 2ème contre-exemple ! Une musique ample et cool au service d’une voix chaleureuse et mieux maitrisée. Si vous ne voulez acheter qu’un album et êtes resté un fan pur et dur des Smiths, this is the one.
The xx : The xx
Encore un nouveau groupe d’anglais très très jeunes. Des filles et des garçons amis d’école qui ont fait un album chez eux sur des vieux synthés et cela donne quelque chose de miraculeux. Un croisement entre les Young Marble Giants et de la R’n’B. Difficile à croire mais pourtant vrai. A découvrir d’urgence pour ceux ou celles qui n’ont pas eux encore la chance de les entendre.
Tout près de cette liste (pêle mêle) :
  • Animal Collective, Eagles of Death Metal (rock’n’roll!), Franz Ferdinand, U2 (oui, oui), Fredo Viola (des voix superbes), Wilco, Jarvis Cocker (album musclé de l’ex chanteur de Pulp), Eels, DM Stith, Akron/Family, The Dead Weather (Jack White des White Stripes + Alison Mosshart des Kills), Magnolia Electric Co, Oneida (un triple album de fous furieux), Arctic Monkeys, White Denim, Yo La Tengo, Liam Hayes and Plush (notre n°1 de 2008), Air, Charlotte Gainsbourg (album écrit et joué par Beck), Julian Casablancas (escapade solo du chanteur des Strokes), Fuck Buttons, Girls.
  • R.I.P. Vic Chesnutt (1964-2009)
 
 
Meilleur DVD

Lou Reed : Berlin

Un des plus grands albums de Lou Reed et donc par conséquent de tous les temps sortis en 1973 autour de l’histoire des déambulations du narrateur et de la mère de ses enfants, junkie en détresse. Lou Reed a décidé de rejouer en intégralité cet album et c’est Julian Schnabel qui est à la réalisation. Un moment exceptionnel avec notamment la présence d’Antony dans les chœurs.
Meilleur Single
The Low Anthem : Charlie Darwin

Un morceau intemporel qui semble toujours avoir existé et qu’on croirait être un croisement entre un vieux gospel venant des montagnes américaines et un air d’un film de David Lynch.

Meilleur Coffret
Big Star : Keep an Eye on the Sky
Le groupe légendaire d’Alex Chilton fait l’objet d’un magnifique coffret de 4-CD. Ou comment ce groupe maudit de Memphis ayant fait seulement 2 albums de son vivant + un album posthume arrivait à faire mélanger des sonorités américaines du Sud du pays avec des mélodies que n’auraient pas reniées The Beatles.
Meilleure Compilation
Various : Dark was the Night
 
Une compilation de 31 morceaux du label 4AD au profit de l’association Red Hot qui récolte des fonds dans la lutte contre le Sida. Les bonnes causes ne sont pas synonymes de qualité artistique la plupart du temps mais ici, c’est tout l’inverse dans la mesure où on retrouve toute la brillante actuelle scène US dans ce disque : Bon Iver, Grizzly Bear, The National, Antony, Spoon, Arcade Fire, Andrew Bird,Yo La Tengo, etc… Avec en prime un inédit exceptionnel de Sufjan Stevens.
Reissue(s) of the Year
The Beatles : everything !
 
Certes, battage médiatique ; certes, cela valait-il le coup ; certes, il y a un peu de business… Mais on reste naïf et enthousiaste devant le travail de remastering qui a été fait sur tous les albums des Fab Four. Cela permet en plus de remettre les pendules à l’heure et de réaliser que malgré tous les listes de best of ou autres nouveautés musicales, ce sont toujours ces disques qu’on prendra sur une île déserte. Ajoutons à cela la vision du merveilleux spectacle “Love” du Cirque du Soleil ainsi qu’une tournée de Paul Mc Cartney à couper le souffle et le choix s’impose de lui même.
D’autres TOP 10
– NME (UK) :
1. The Horrors – Primary Colours
2. The XX – The XX
3. Yeah Yeah Yeahs – It’s Blitz!
4. Wild Beasts – Two Dancers
5. Animal Collective – Merriweather Post Pavilion
6. Grizzly Bear – Veckatimest
7. The Big Pink – A Brief History Of Love
8. Fuck Buttons – Tarot Sport
9. Fever Ray – Fever Ray
10. Jamie T – Kings & Queens
 
– Paste Magazine (USA) :
1. The Avett Brothers – I And Love And You
2. Animal Collective – Merriweather Post Paviliont
3. Elvis Perkins in Dearland – Elvis Perkins In Dearland
4. The Low Anthem – Oh My God, Charlie Darwin
5. David Bazan – Curse Your Branches
6. Brandi Carlile – Give Up The Ghost
7. The Decemberists – Hazards of Love
8. Phoenix – Wolfgang Amadeus Phoenix
9. Neko Case – Middle Cyclone
10. Frank Turner – Poetry of the Deed
– Les Inrocks (French) :
1. The XX : The XX
2. Fredo Viola : The Turn
3. Charlotte Gainsbourg : IRM
4. Animal Collective : Merriweather Post Pavilion
5. Phoenix : Wolfgang Amadeus Phoenix
6. Julian Casablancas : Phrazes for the Young
7. Gossip : Music for Men
8. Peter Doherty : Grace/Wastelands
9. Jay-Z : The Blueprint 3
10. Passion Pit : Manners
– Mojo (UK) :
1. Animal Collective – Merriweather Post Pavilion
2. Bill Callahan – Sometimes I Wish We Were An Eagle
3. Richard Hawley – Truelove’s Gutter
4. The Horrors – Primary Colours
5. Tinariwen – Imidiwan: Companions
6. Bob Dylan – Together Through Life
7. Florence And The Machine – Lungs
8. Fuck Buttons – Tarot Sport
9. Madness – The Liberty Of Norton Folgate
10. Yeah Yeah Yeahs – It’s Blitz
– Pitchfork (excellent US Web Site) :
01 Animal Collective – Merriweather Post Pavilion
02 Dirty Projectors – Bitte Orca
03 The xx : The xx
04 The Flaming Lips : Embryonic
05 Raekwon : Only Built for Cubal Linx… Pt. II
06 Grizzly Bear : Veckatimest
07 Bat for Lashes : Two Suns
08 Phoenix : Wolfgang Amadeus Phoenix
09 Fever Ray : Fever Ray
10 Girls : Album
 

– Other Music (NY Store) :
01 Dirty Projectors : Bitte Orca
02 Animal Collective : Merriweather Post Pavilion
03 Dam-Funk : Toeachizown
04 Cold Cave : Love Comes Close
05 Broadcast & the Focus Group : Investigate Witch Cults of the Radio Age
06 The xx : The xx
07 Fever Ray : Fever Ray
08 King Midas Sound : Waiting for You
09 Phoenix : Wolfgang Amadeus Phoenix

10 Girls : Album


– Rough Trade (London Store) :

10 albums sans ordre : The xx : The xx / The Low Anthem : Oh My God, Charlie Darwin / The Horrors : Primary Colours / Fever Ray : Fever Ray / The Pains of Being Pure at Heart : The Pains of Being Pure at Heart / Grizzly Bear : Veckatimest / The Leisure Society : The Sleeper and the Product of the Ego Drain / Fuck Buttons : Tarot Sport / Forest Fire : Survival / The Very Best : Warm Heart of Africa

– Ground Zero (Paris Store) :

 

10 albums sans ordre : Animal Collective : Merriweather Post Pavilion / Grizzly Bear : Veckatimest / Cass Mc Combs : Catacombs / DM Stith : Heavy Ghost / The Pains of Being Pure at Heart : The Pains of Being Pure at Heart / Yeti Lane : Yeti Lane / The Whitest Boy Alive : Rules / The xx : The xx / The Phantom Band : Checkmate Savage / Here We go Magic : Here We go Magic


Bonne année à tous et bonne écoute !
Stéphane

Best of 2006

La voilà enfin la liste que tous et toutes attendaient ! Si vous n’êtes pas parmi ceux-là, eh bien détruisez sauvagement et de manière rock’n’roll cet e-mail avec moults crachats, doigts et en bousculant votre voisin de l’épaule.
Pourquoi cette liste et cet exercice un peu vain de classement à partir d’une année calendaire qui ne veut finalement pas dire grand-chose et qui n’est qu’une larme dans un océan de listes de journaux ou sites web spécialisés ? Sans doute pour pouvoir enfin répondre à la question d’amis ou connaissances mille fois entendue : ” alors, t’écoutes quoi en ce moment” et ne plus faire cette tête de poisson de basses eaux surpris de ne pouvoir sortir une réponse immédiate et sans compromis, sans doute pour aimer passer encore un peu plus de temps devant son PC, sans doute pour le plaisr d’ordonner une fois de temps en temps ses propres chocs musicaux et enfin surtout dans l’espoir de dire au grand Nick Hornby au moment de le croiser :”moi aussi, j’en suis…”
Alors oui, c’est très rock et on trouve peu voire pas d’albums soul, jazz, français, blues ou world dans cette liste. Sans doute par parti pris et tempérament mais n’est-ce pas le signe que même en ces temps éclectiques le rock est finalement ce qu’il y a de plus excitant?
Allez, trêve de parlottes, on attaque :
Album de l’année 2006 :
 
Cover (Return to Cookie Mountain:TV on the Radio)
 
TV On the Radio : Return to Cookie Mountain
 
Parce que TV On the Radio, c’est une musique qui vient de nulle part, très blanche faite par des Noirs, parce que sur scène il y a eu des performances exceptionnelles, parce que chaque écoute révèle de nouvelles subtilités, parce ce que c’est à  la fois soul et rock new-yorkais, parce qu’il y a des boules à zéro et des coupes afros, parce que David Bowie (toujours le nez creux celui là) chante sur un morceau, que c’est génial quoi et au-dessus du lot (les années où Radiohead ne sort pas d’albums) : LP of the year !
Les 14 autres (par ordre alphabétique) :
 
Archie Bronson Outfit : Derdang Derdang
 
On se sait pas très bien si c’est sorti cette année ou en 2005 mais à vrai dire on s’en fout tellement c’est bon. Des Américains barbus (tendance de fonds d’ailleurs avec pas mal des groupes US indie) qui jouent un rock jouissif avec de bien belles basses comme on aimerait en entendre plus souvent.
 
Arctic Monkeys : Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not
 
Album de l’année chez NME et les Inrocks, très hype, records de vente en Grande-Bretagne pour un premier album, en gros tout pour être dubitatif et cynique.. Eh bien non, nos p’tits gars font une musique qui rappelle The Jam ou l’énergie primitive des Dexys, avec des paroles très “Ken Loach/fish and chips” et surtout une grande présence scénique et beaucoup d’humilité. A suivre sur la durée of course.

 

Cansei de Ser Sexy : CSS
Quel bonheur de sortir de l’ornière US-GB avec ce groupe brésilien de São Paulo composé de 4 filles et un barbu. CSS, ça veut dire en portugais “marre d’être sexy”, phrase qu’autait lancé un beau jour la tanche Beyoncé. C’est du rock de furieuses sous influence british très 80’s avec un groove latin (assez caché certes). L’OSNI (Objet Sonore Non Identifié) de l’année.

 

 
Eels : With Strings – Live at Town Hall
 
Juste pour rappeler que E (leader des Eels) est une des meilleures plumes du rock dans tous les styles. A acheter en CD ou DVD pour avoir ou voir tous les merveilleux titres de ce concert live enregistré lors de la tournée acoustique du bonhomme. On recommande particulèrement le solo de percussions de valise…
 
Hot Chip : The Warning
La mélancolie des meilleurs New Oder vous manque, c’est à dire ce mélange de synthés évocateurs et de puissance rock sous-jacente ? Le premier album de ce groupe anglais est pour vous. L’autre grande révélation british de l’année.
Mazarin : We’re already there
Une arrivée surprise dans notre monde, une naissance qui nous avait été cachée, sauf que ce groupe dont on ne sait rien est lui bourré de talent. Pour ceux qui aiment les Beach Boys de Brian Wilson, les petites sonorités bizarres et le rock indie anglo-saxon. 
Midlake : The Trials of Van Occupanther
Encore des barbus américains qui jouent un truc étonnant, mélange de Fleetwood Mac et de Radiohead. Comme dirait la pub, un excellent compromis où Monsieur et Madame s’y retrouveront. Et une pochette pour les enfants…
Mudhoney : Under a Billion Suns
Sans doute la surprise dans cette liste.. Oui, les mêmes Mudhoney qu’on avait un peu perdus de vue, oui les légendes du grunge (mot un peu réducteur) contemporains du Nirvana des débuts qui signent un super album de mecs qui ne veulent pas sonner djeuns’ mais font évoluer leur musique vers plus de recherche avec même pas mal de ..cuivres ! A acheter en vinyl pour la belle pochette et le belle initiative d’un lien pour télécharger l’album gratos pour son mp3.
Phoenix : It’s never been like that
Pas d’histoire de quota pour expliquer la présence dans cette liste de nos Versaillais bien de chez nous mais simplement le fait que peu de groupe mélangent aussi bien mélodies et énergie. L’impression étrange de retrouver des amis de longue date à chaque fois qu’on se replonge dans les albums de Phoenix. Buy it for the French economy !
The Raconteurs : Broken Boy Soldiers
Le groupe de Jack White des White Stripes monté avec son pote l’excellent Brendan Brenson et la section rythmique des Greenhornes que l’on attendait comme un aimable pase-temps a dépassé toutes nos espérances de disque et de scène. Ce Jack White est décidément quelqu’un qui marquera l’histoire du rock. L’album que ferait Led Zeppelin s’ils étaient de cette époque. Album de l’année pour le magazine musical Mojo (lisez Mojo!).
Red Hot Chili Peppers : Stadium Arcadium
On n’est pas vraiment objectif avec ce groupe car oui, on les adore et on va les voir dès qu’ils jouent quelque part. Bizarre les critiques relatives à cet album et ces 28 (!) morceaux ; certains y voient des concurrents des Beatles, d’autres de.. pas grand chose. Une section rhymique au top, un Anthony Kieldis en constant progès au chant et surtout un John Frusciante qui réinvente ce qu’on peut faire avec une guitare au fil des ans. En résumé, pas vraiment de choses pertinentes à dire sur cet album, sauf qu’il y a des morceaux géniaux qui rendent euphoriques.
Sonic Youth : Rather Ripped
Une ambiance plus apaisée et mélodieuse chez nos New Yorkais chéris chez lesquels le temps ne semblent pas avoir d’effet : Kim Gordon a plus de cinquante ans mais une énergie et des jambes de jeune fille alors que Thurston Moore ressemble toujours à ce grand frère cool qu’on rêverait tous d’avoir. A avoir comme chaque nouveau LP du groupe ; la meilleure cure contre le viellissement…
The Strokes : First Impressions of Earth
On a l’impression que cet album est depuis toujours avec nous mais ne pas oublier qu’il est sorti l’hiver dernier. Certes des nouveautés avec des solos de guitare mais toujours cet esprit du Velvet chez nos amis new-yorkais et surout un Julian Casablanca qui chante de mieux en mieux ; best of both worlds comme dirait l’autre. A signaler qu’Albert Hammond Jr. (un des deux guitaristes) a sorti un sympatique album en fn d’année.
Thom Yorke : The Eraser
Last but not least dans cette liste alphabétique le premier album solo du chanteur de Radiohead. Comme on pouvait l’attendre, c’est une musique de facture plutôt électronique mais les mélodies sont du niveau des meilleurs morceaux de Radiohead et chacun des membres est venu donner un coup de mains. Un superbe cadau en attendant le nouvel album du groupe prévu pour 2007.
Tout près de cette liste (pêle mêle) :
The Long Blondes, The Rapture, The Thermals, Tapes’n’Tapes, Beck, The Lemonheads, Sean Lennon, Badly Drawn Boy, Sparklehorse, The Guillemots, Bob Dylan, Muse, Cat Power, Broken Social Scene, Mogwai, Two Gallants, Johnny Cash, I Love You But I’ve Chosen Darkness, Bruce Springsteen, Donald Fagen , Pascal Sevran, The Flaming Lips, Secret Machines, The Dears, Peter Bjorn and John, Pearl Jam, ESG, Yeah Yeah Yeahs, Bonnie Prince Billy, My Morning Jacket…
Meilleur DVD

 
Gorillaz : Demon Days Live
 
Une magnifique prestation scénique du génial leader de Blur Damon Albarn où apparaissent en guest stars tous les invités de l’album (Neneh Cherry, Ike Turner, Shaun Ryder, etc…). En attendant son nouveau projet 2007 avec Paul Simonon des Clash !!!
 
 
 
Meilleur Single
 
Gnarls Barkley : Crazy
 
Vous ne connaissez sans doute pas ce morceau si vous venez de passer 12 mois en retraite spirituelle au Tibet ou bien si pour vous les initiales U2 n’ont pas de signification particulière. Derrière ce projet se trouve DJ Danger Mouse qu’on retrouve aujourd’hui partout où il ya des choses musicales intéressantes qui se passent, dont notamment Gorillaz.
 
 
Meilleur Coffret
 
Tom Waits : Orphans
 
Le grand Tom nous livre un objet hybride fait de vieux et de nouveau morceaux répartis sur trois CD. Comme toute l’oeuvre du grand homme devant lequel nous devrions tous nous prosterner 10 minutes par jour, c’est assez intemporel et sera meilleur demain qu’aujourd’hui.
 
 
Meilleur Disque de Reprises
 
Grant Lee Phillips : Nineteeneighties
 
Le “cover LP” est un exercice assez casse gueule et souvent il faut bien le dire sans grand intérêt. Quand c’est l’ancien leader du groupe très US Grant Lee Buffalo qui s’y colle pour faire des reprises de groupes anglais des années 80 (The Cure, The Smiths, Echo and The Bunnymen,The Psychedelic Furs,…), c’est IN-DIS-PEN-SA-BLE !
 
 
Man of the Year : Sufjan Stevens
 
Il n’a pas sorti de véritable album cet année mais quand même deux compilations : une de chutes de studio de son album précédent, une autre de chants de Noël (!). Il a fait des concerts brillants et plein d’originalité et le bonhomme a un talent et une créativité peu communs. Ceux qui aimaient l’esprit de Prefab Sprout aimeront l’ami Sufjan.
 
 
 
Voilà. C’est au choix sans intérêt ou pathétique ou super subjectif mais si cela peut permettre à quelqu’un d’aller acheter un vinyl, un CD, d’aller télécharger ou d’aller voir un concert, eh bien ce n’aura pas été entièrement vain.
 
 
Have a nice year 2007 !